Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

  • Laurie Deson: vivre de sa passion est un luxe inouï.

      

    Laurie111052014.jpg

          Je ne vous raconterai pas d’histoire : Laurie Deson est ma fille aînée. Mais cet article ne peut pas être soupçonné de complaisance car depuis l’âge de 9 ans Laurie m’a accompagné sur presque tous  les salons du livre auxquels j’ai participé aux quatre coins de la France.  Si sa relation avec la chose imprimée  a évolué au fil du temps – lorsqu'elle a commencé à faire de la radio à 15 ans et puis quand elle a entrepris des études de  cinéma –  elle s’est approfondie avec les années.  Laurie m’a ainsi apporté la preuve que l’on pouvait « vivre » de  sa passion avec  un peu d’audace et beaucoup de constance.  Les parents devraient parfois suivre l’exemple de leurs enfants !   En novembre 2013 elle a soutenu avec succès sa thèse de doctorat intitulée  Les corps troublants du cinéma français, mise-en-scène de la transgression et de la violence ordinaire. Cet exercice de style universitaire peut apparaître rebutant pour le profane mais est très formateur en termes de rigueur dans l’écriture.   La semaine dernière, lorsqu'elle a posé ses bagages en Dordogne pour quelques heures, elle sortait de quatre jours de tournage à Paris avec le réalisateur Jean-Claude Brisseau et elle travaillait sur un article à paraître dans le prochain numéro de l’Avant-Scène Cinéma. Une puissance de travail impressionnante  dissimulée derrière une apparente décontraction.

     

    Laurie5.jpg

            Quand j’essaie de retrouver quelques  scènes saisies au vol où Laurie a joué un rôle, la première qui me revienne à l’esprit se passe à Geaune dans les Landes. Un salon du Livre où nous sommes allés à deux reprises en 1997 et en 1999.  Ce jour-là, après avoir installé notre stand et en attendant les premiers visiteurs, nous partîmes à tour de rôle faire le tour des exposants. Du haut de ses onze ans, Laurie était la mascotte des habitués qui,  la retrouvant fidèle au poste,  s’extasiaient devant tant d’assiduité. Vers midi, alors qu’elle s’était absentée plus longtemps qu’à l’accoutumée, je l’aperçus qui revenait accompagnée d’une vieille dame : « Votre fille m’a expliqué que vous aviez été l’un de mes élèves à l’I.U.T. Métiers du Livre de Talence… » Laurie m’avait ramené Denise Escarpit, ma prof de  littérature enfance et jeunesse  et épouse de Robert Escarpit.   C’est avec l’audace des timides que Laurie allait vers les gens, provoquant des rencontres inattendues pour son jeune âge. En fin de journée, dans l’attente du dîner programmé où étaient invités auteurs et éditeurs, je la trouvais  en grande conversation avec  Jean Lacouture avec qui elle parlait histoire.  Il me félicita d’avoir une telle ambassadrice.   Serge Montigny, écrivain et président du Centre Régional des Lettres Aquitaine, me fit  la même remarque un jour que je lui faisais écouter l’enregistrement de sa pièce Avez-vous entendu la mer [1] où Laurie me donnait la réplique.

    Laurie211052014.jpg

     

            Et puis le temps passa. Entre temps  Laurie avait fait ses premiers pas à la radio[2] où elle animait une émission consacrée à  l’actualité cinématographique. Une sélection de ces chroniques fut d’ailleurs publiée[3] début 2004 chez Orage-Lagune-Express.  La même année, elle participa à la création de la revue Instinct Nomade[4] qui fut pour elle un « devoir de vacances » car elle en assura la rédaction de juin à septembre 2003.  

     

    Laurie712052014.jpg

     

     

          Laurie vole de ses propres ailes depuis longtemps déjà. J'espère que la compagnie des livres dans laquelle elle a vécu durant toute son enfance a contribué à  lui donner le goût de créer.  Je suis convaincu que sa passion pour le cinéma lui permettra d'écrire son chef-d'oeuvre, qu'il prenne la forme d'un scénario, d'une biographie ou d'un roman.

     

     

    Laurie511052014.jpg

     

     



    [1] Serge Montigny, Avez-vous entendu la mer, collection Théâtre, Orage-Lagune-Express.

    [2] Radio Vallée Bergerac.

    [3] Laurie Deson, Salles obscures, chroniques cinématographiques 2001-2002, éditions Orage-Lagune-Express.

    [4] Instinct Nomade, le magazine du métissage culturel, n°1 « Jean Cocteau, l’enchanteur pourrissant » , 2004.